La bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) est une bibliothèque de recherche spécialisée en lettres et sciences humaines.
Suivez sur ce blog l'actualité de la bibliothèque de la Sorbonne.

Revenir au site de la BIS

Vous êtes sur le blog de la BIS pour revenir au site internet, cliquez ici

 

Il y a 800 ans naissait l’université de Paris…

 L'université de Paris reçut ses premiers statuts au mois d'août 1215, date traditionnellement considérée comme celle de sa fondation. A l'occasion de cet anniversaire, découvrez une série de documents conservés dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque de  la Sorbonne : chartes marquant différentes étapes du processus de transformation de la communauté des maîtres et étudiants parisiens en institution autonome, dont les fameux statuts de 1215documents portant les symboles d'identification dont s'est progressivement dotée l'institution universitaire (sceaux, armoiries), registres témoignant de la vie délibérative des quatre "nations" (France, Angleterre, Picardie, Normandie) sur lesquelles a reposé son organisation jusqu'à la Révolution, manuscrits sur parchemin illustrant l'enseignement dispensé dans les quatre facultés parisiennes (Arts, Théologie, Décret et Médecine) aux XIIIe et XIVe siècles.


Nombre de ces documents sont issus du fonds des Archives de l'université de Paris détenu par la bibliothèque. Ce dernier fait actuellement l'objet d'un programme de restauration et de numérisation.


Présentée au premier étage de la bibliothèque de la Sorbonne

Exposition accessible aux lecteurs de la bibliothèque jusqu'à la mi-février 2016

 

 Scène d’enseignement ornant le début du Colliget florum medicinae de Pierre de Saint-Flour. Manuscrit du XIVe s.

 

Exposition réalisée par le département des Manuscrits et des livres anciens

de la Bibliothèque de la Sorbonne et son atelier de restauration

 
 

La constitution progressive de la communauté universitaire parisienne

 

Premiers statuts de l'université de Paris, août 1215

 

La date de 1215 n'est qu'une étape dans la transformation de la communauté des maîtres et étudiants de Paris en institution autonome.  L’université de Paris ne fut pas créée ex nihilo en 1215. Depuis Charlemagne, des écoles dispensant un enseignement destiné aux futurs clercs s’étaient développées au sein des monastères ou auprès des cathédrales. A Paris, l’école du cloître Notre-Dame et l’école de l’abbaye de Saint-Victor accueillirent des maîtres célèbres, notamment Pierre Lombard, qui enseigna la théologie à Notre-Dame avant de devenir évêque de Paris en 1159, ou les théologiens Hugues de Saint-Victor (1096?-1141) et Richard de Saint-Victor (1110?-1173).

Dès la première moitié du XIIe siècle, les maîtres désireux de s’affranchir de la tutelle de l’évêque de Paris commencent à s’installer sur la rive gauche où l’abbaye Sainte-Geneviève est exempte de la juridiction épiscopale : c’est sur les terres de cette abbaye qu’Abélard (1079-1142) trouve refuge. De nombreux maîtres s’installent entre le Petit-Pont et la future place Maubert, aux alentours de la rue du Fouarre : Adam du Petit-Pont, devenu par la suite chanoine de Notre-Dame puis évêque de saint-Asaph au pays de Galles, y enseigne les arts libéraux. Paris est un centre d’études de réputation européenne bien avant l’institution d’une communauté universitaire organisée.

Durant cette période, l’attribution de la « licentia docendi » reste du ressort de l’évêque et attribuée en son nom par le chancelier épiscopal. La tutelle de l’évêque est même un temps renforcée par Philippe Auguste, en juillet 1200 : après des désordres violemment réprimés par le prévôt de Paris, le roi confirme le statut de clerc des maîtres et étudiants parisiens (privilegium canonis) qui les exempte de la justice royale et des tribunaux séculiers (privilegium fori).

L’attribution de la « licentia docendi » est une source de conflit permanent entre la communauté des maîtres et étudiants et le chancelier de Notre-Dame. Jean de Candelis, qui exerce ces fonctions au début du XIIIe siècle, exige que les candidats lui prêtent serment ou lui donnent de l’argent. Maîtres et étudiants en appellent alors au pape Innocent III, qui charge Hervé, évêque de Troyes, de trouver un compromis. L’arbitrage rendu par Hervé de Troyes au mois de novembre 1213 consacre la fin du monopole du chancelier de Notre-Dame et le début de l’autonomie du corps des maîtres dans la nomination de leurs pairs (cf. document exposé).

En août 1215, la communauté des maîtres et étudiants parisiens reçoit ses premiers statuts, octroyés par Robert de Courson, cardinal et légat du pape Innocent III (cf. document exposé) : en quelques lignes, ces statuts précisent les conditions d’aptitude à l’enseignement et le contenu des programmes dont Aristote est en grande partie exclu ; ils imposent également aux étudiants l’obligation de s’inscrire auprès d’un maître. Ils constituent une étape décisive mais pas définitive dans la reconnaissance de l’autonomie universitaire par l’autorité ecclésiastique.

Les années qui suivent ralentissent en effet cet élan. Le successeur du pape Innocent III, Honorius III, dont le pontificat s’étend de 1216 à 1227, cherche à limiter l’autonomie acquise par la communauté des maîtres et étudiants : il lui impose successivement l’interdiction d’enseigner le droit civil, l’intégration des religieux mendiants et de leurs écoles, et la destruction du sceau dont elle avait voulu se doter. Le pontificat de Grégoire IX (1227-1241) marque le retour à une certaine faveur pontificale même si le pape est inquiet de l’audace intellectuelle de certains maîtres. Au mois de mars 1229, la communauté universitaire suspend les cours pour 6 ans et s’exile en dehors de Paris pour protester contre la répression féroce d’une violente bagarre entre écoliers et habitants du faubourg Saint-Marcel. 

Protestation des 21 proviseurs de l’université et suspension des cours, 27 mars 1229

 

La bulle Parens scientiarum du 13 avril 1231 met fin au conflit au bout de deux ans : les dispositions antérieures relatives au recrutement des maîtres, aux programmes des cours et aux conditions d’obtention des diplômes sont rappelées ou précisées ; le droit de grève est confirmé ; l’université est affranchie de l’autorité épiscopale et ne relève désormais plus que de l’autorité pontificale.

Ce regain d’autonomie est confirmé et amplifié sous le pontificat d’Innocent IV (1243-1254), et notamment après le concile de Lyon en 1245. Les privilèges de l’université, dotée d’un sceau en 1246, sont confirmés et élargis.

Au milieu du XIIIe siècle, l’institution universitaire est en place selon la structure qu’elle conservera jusqu’à la Révolution : une université ; quatre facultés (arts, théologie, droit et médecine) ; quatre nations (France, Picardie, Normandie, Angleterre). Son autonomie est parfois menacée, notamment au cours de la querelle avec les ordres mendiants au cours des années 1250, mais pas fondamentalement remise en question. Les collèges, simples lieux d’hébergement pour étudiants, n’ont pas de liens institutionnels avec l’université et n’interfèrent pas dans son fonctionnement même si le développement de grands collèges accueillant des cours (tel le collège de Sorbonne fondé en 1257) posera plus tard le problème des relations entre collèges et université.

 

Armoiries de l’université de Paris frappées sur une reliure en veau marbré, XVIIIe siècle.

Les nations

 

 

Sceau de la nation d'Angleterre appendu à un acte daté du 14 juin 1342

L’origine des nations reste obscure. Il s’agit probablement au début de simples groupes constitués selon l’origine géographique de leurs membres, peut-être armés et capables d’offrir une protection dans une période violente. Mentionnées en mai 1222 dans un acte du pape Honorius III, elles n’apparaissent comme quatre institutions à part entière que dans les années 1245 à 1249.

La nation de France regroupe les maîtres issus des provinces ecclésiastiques du centre et du sud de la France et des provinces ecclésiastiques d’Europe du sud (Italie et péninsule ibérique).

La nation de Normandie regroupe les maîtres issus des sept diocèses de la province ecclésiastique de Rouen. Sa constitution est peut-être antérieure au rattachement de la Normandie au domaine royal en 1204.

La nation de Picardie regroupe les maîtres issus des provinces ecclésiastiques du nord et de l’est de la France ainsi que des Pays-Bas.

La nation d’Angleterre regroupe les maîtres issus des provinces ecclésiastiques des îles britanniques, des pays scandinaves et du Saint-Empire romain-germanique. La guerre de cent ans, une proportion moindre d’étudiants anglais attirés par l’université d’Oxford, et la prépondérance des étudiants germaniques ont raison de cette appellation en 1437 : la nation d’Angleterre devient alors nation d’Allemagne.

Au milieu du XIIIe siècle, ces regroupements par affinités géographiques, communs à la plupart des universités médiévales, deviennent de véritables institutions qui tiennent des assemblées délibératives (dont les registres conservés à la bibliothèque de la Sorbonne gardent la trace), élisent le procureur qui les représente, ont des « serviteurs communs » (parmi lesquels des messagers), et sont dotées d’un sceau. Ce sont les procureurs des nations qui élisent le recteur, dont la fonction n’a rien de commun avec celle d’un recteur d’aujourd’hui : selon la procédure fixée en 1249, le recteur est alors élu pour un mandat court d’un mois (3 mois à partir de 1266) ; il représente l’Université et non l’Etat.

 

Registre des conclusions de la nation de Picardie, 1476-1483

 


 

 

Les facultés

 

 « A ce moment [vers 1210], l'étude des lettres florissait à Paris... si on trouve dans cette noble cité un copieux et excellent enseignement du trivium et quadrivium mais aussi des questions du droit canon et du droit romain, de la manière de guérir le corps et de conserver la santé, on n'y enseigne pas moins les Ecritures et les questions théologiques avec un zèle plus ardent. ». Seul témoignage parvenu jusqu'à nous d'un historien contemporain, ce passage de la Gesta de Guillaume Le Breton, distinguant clairement les disciplines enseignées à Paris annonce la formation des quatre facultés parisiennes dont la naissance, au sens institutionnel du terme, est traditionnellement datée du milieu du XIIIe siècle.

 

La fréquence et la polysémie du terme latin « facultas », utilisé dans les textes universitaires pour désigner tantôt une discipline intellectuelle enseignée, tantôt l'ensemble des maîtres et des étudiants s'adonnant à cette discipline, tantôt le dispositif institutionnel encadrant leurs activités, rend à vrai dire particulièrement complexe l'appréhension de ce processus de création et de sa chronologie. On peut cependant considérer que dès les premières décennies du XIIIe siècle, l'université de Paris s'articule déjà en composantes au sein desquelles les maîtres pratiquant une même discipline s'organisent afin de faciliter leur activité et asseoir leur autorité : des jurys d'examen par discipline sont attestés dès 1213 ; des assemblées autonomes réunies pour accorder la « licentia docendi » sont citées dans une lettre du pape Honorius III en 1219 ; on relève en 1221 des rituels funéraires spécifiques aux maîtres oeuvrant dans une même discipline ; enfin, en 1246, les facultés apparaissent dotées de procureurs agissant en leur nom.

 

Comme dans les autres universités médiévales, la Faculté des arts assure l’enseignement des arts libéraux, considérés comme une forme de propédeutique indispensable pour aborder les autres disciplines enseignées dans les facultés dites « supérieures ». A Paris, celles-ci sont au nombre de trois : la Faculté de théologie, chargée de l’enseignement prestigieux de la « reine des sciences » ; la Faculté de décret dont les activités se limitent au seul droit canonique, en vertu de la bulle Super speculam de 1219 qui interdit l’enseignement du droit romain à Paris ; enfin, la Faculté de médecine.

 

 Lettre ornée décorant le Doctrinale d’Alexandre de Villedieu. Manuscrit du XIIIe s.

Recueil d’ouvrages d’astronomie et d’astrologie. Manuscrit du XIVe s.

Aristote. Libri naturales. Manuscrit du XIVe s.


Livre d’Isaïe avec gloses. Manuscrit du XIIIe s.

Pierre Lombard. Sentences. Manuscrit du XIIIe s.

                                                                                                               Décret de Gratien. Manuscrit du XIVe s.

Un nouvel outil de recherche à la BIS

Pour permettre la mise en service de l'outil de recherche Encore Duet, la BIS ouvrira à 12 h au lieu de 9 h le mardi 17 novembre 2015. Par compensation, la bibliothèque ouvrira à 9 h au lieu de 12 h le jeudi 19 novembre

Dans une même interface, Encore Duet cumule les avantages d’un catalogue, d’une base de données, d’un outil bibliographique et d’un compte lecteur.

Il propose un service de recherche en ligne permettant d’interroger simultanément les références du catalogue de la BIS et des ressources en ligne (articles, livres numériques, etc.), puis de trier les résultats obtenus et de les conserver.

 

Nous vous expliquerons les avantages et le fonctionnement d'Encore Duet dans le moindre détail à partir du mardi 17 novembre. Rendez-vous sur ce site!

 

Cap sur les territoires de l’imaginaire…

En cette rentrée, la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne met le cap, par le biais de sa nouvelle exposition, sur les territoires de l’imaginaire.

De l’Ile d’Utopie au Paradis terrestre, de l’Eldorado au Royaume du prêtre Jean, en passant par les nombreuses îles fantômes de l’Atlantique-Nord, le continent austral ou encore le pôle Nord longtemps représentés sans avoir jamais été atteints, le visiteur est invité à faire escale dans ces contrées mythiques ou fantasmées, à travers une sélection d’atlas et de cartes des XVIe et XVIIe siècles, issues des collections patrimoniales de la bibliothèque.  

Conçue en étroite collaboration avec deux enseignants-chercheurs (Gilles Palsky et Fabrice Argounès), de l’Unité mixte de recherche Géographie-Cités (CNRS-UMR 8504), Equipe E.H.GO (Épistémologie et Histoire de la GéOgraphie), l’exposition fait écho au thème retenu pour la 26e édition du Festival international de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges, organisée du 2 au 4 octobre prochains : Les Territoires de l'Imaginaire, Utopie, Représentation et Prospective.

Présentée au 1er étage de la bibliothèque de la Sorbonne, l’exposition sera accessible aux lecteurs de la bibliothèque jusqu’à la mi-novembre 2015.

Bonne visite !

 

 


Carte illustrant l'Utopie de Thomas More (Bâle : Johann Froben, 1518).

Carte en vue à vol d'oiseau illustrant le Traité de la situation du paradis terrestre de Pierre-Daniel Huet (Amsterdam : Jean Anisson, 1691).

Septentrionalium terrarum Descriptio. Carte insérée dans l'Atlas de Gérard Mercator (Amsterdam : henricus Hondius, 1633).

Représentation du continent austral. Détail de la carte en deux hémisphères de Michele Tramezzino (Venise, 1554).

Carte représentant l'ïle de l'Atlantide dans le Mundus subterraneus d'Athanasius Kircher (Amsterdam : Janssonius Van Waesberge, 1665).

 

 

La Sorbonne vous accueille pendant les Journées Européennes du Patrimoine 2015

En cette année 2015, où nous fêtons le 800ème anniversaire de la reconnaissance de l'Université de Paris par le pape Innocent III ("Charte de 1215", dont la Bibliothèque de la Sorbonne possède l'original), le site Sorbonne sera ouvert à l'occasion de la 32e édition des Journées européennes du Patrimoine, les samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015, de 10h à 17h30, avec comme thématique cette année : "Patrimoine  du XXIe siècle, une histoire d'avenir". Le patrimoine n'est pas vu comme une trace appartenant uniquement au passé, mais comme un trait d'union, un pont entre le passé et le présent.

L'entrée se fait par le 45 rue des Ecoles, après un parcours passant par les plus beaux espaces du site Sorbonne, le circuit de la visite vous conduira vers la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, qui vous accueillera pour la visite.

Vous emprunterez l'escalier d'honneur, et admirerez la très belle salle de lecture, la salle Jacqueline de Romilly, construite en 1897 par l'architecte Henri-Paul Nénot, entièrement rénovée en 2013, proposant des collections de littérature française, d'arts, de sciences sociales, de religion, ainsi que des dictionnaires et des encyclopédies, et offrant 312 places assises.

Le parcours se poursuivra par les nouvelles salles d'histoire (salle Numa-Denis Fustel de Coulanges et salle Ernest Labrousse), dont les collections sont consacrées respectivement aux sciences de l'Antiquité et au Moyen âge et à l'histoire moderne et contemporaine. La sortie se fera par le nouveau hall de la bibliothèque, entrée habituelle des étudiants, des enseignants et des chercheurs.

Autres informations sur les Journées européennes du patrimoine sur le site du ministère de la culture et de la communication.

 

 

Retrouvez des informations sur la page facebook du Rectorat de l'Académie de Paris et les Journées Européennes du Patrimoine à la Sorbonne en 2014.

Organisation des oraux d’agrégation de philosophie (2015)

La Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) accueille chaque année la préparation des épreuves orales de l’agrégation de philosophie.

Les candidats admissibles aux oraux les prépareront en salle Aristote.

Vous aurez accès à :
- un espace dédié à la préparation ;
- des ouvrages sélectionnés par le jury selon la période et l'épreuve ;
- la possibilité de demander la communication de documents conservés en magasin dans les limites du règlement du concours.

Les sujets seront tirés au secrétariat de l'agrégation au lycée Louis-le-Grand.

Les candidats ont la possibilité de se familiariser avec les lieux entre 18h et 19h, la veille de l'épreuve (pour toute information complémentaire rapprochez-vous du secrétariat de l'agrégation au lycée Louis-le-Grand).
 
 

Organisation des oraux d’agrégation d’histoire (2015)

La Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) accueille chaque année la préparation des épreuves orales de l’agrégation d’histoire.

Les candidats admissibles aux oraux les prépareront entre le 11 juin et le 3 juillet dans l'une des salles de la BIS : la salle Jacqueline de Romilly (Littérature).

Ils auront accès à :
- un espace dédié à la préparation ;
- des ouvrages sélectionnés par le jury selon la période et l'épreuve ;
- la possibilité de demander la communication de documents conservés en magasin dans les limites du règlement du concours ;
- des postes informatiques pour des recherches bibliographiques ;
- une base iconographique ;
- certaines grandes collections et ouvrages de référence ;
- des documents non disponibles à la bibliothèque, grâce à une collaboration avec la BIU Cujas, la bibliothèque de l'ENS et la bibliothèque Lavisse.

Les sujets seront tirés dans la salle de groupe. 

Les candidats ont la possibilité de se familiariser avec les lieux lors d'une visite (et une seule) la veille du commencement de leurs épreuves ou la  veille de leur première épreuve d'histoire (pour tout renseignement complémentaire, se rapprocher du secrétariat de l'Agrégation au lycée Louis-le-Grand à partir du 10 juin après-midi et consulter le site Publinet concours enseignement second degré, rubrique "Actualités concours").

Exposition "Josse Bade, imprimeur humaniste"

Préparée en collaboration avec les organisateurs du colloque Le carrefour culturel parisien au tournant de 1500 (19-20mars 2015), l'exposition actuellement présentée au premier étage de la bibliothèque de la Sorbonne est consacrée à la figure de Josse Bade.

 

Ce dernier s’est imposé comme l’un des imprimeurs les plus importants de la première moitié du xvie siècle, tant par le nombre impressionnant d’éditions qu’il a contribué à imprimer que par son œuvre personnelle  : entre 1503, date de la fondation de son imprimerie parisienne, le fameux Prælum ascensianum, et 1535, date de son décès, il a imprimé 775 éditions, pour lui-même ou en association avec d’autres imprimeurs contemporains ; il est l’auteur de nombreux écrits (commentaires, annotations, épîtres dédicatoires et poèmes…) qui en font, avec l’italien Alde Manuce l’Ancien, l’un des seuls véritables imprimeurs humanistes de la période.

L’exposition est l’occasion de présenter une sélection d’éditions badiennes, conservées dans les collections patrimoniales de la bibliothèque de la Sorbonne. Intégralement signalées dans le catalogue en ligne de la bibliothèque, celles-ci forment un ensemble conséquent de près de 150 titres, auxquels le nom de Bade est associé en tant qu'auteur, commentateur, éditeur scientifique ou imprimeur.

> Consulter l’affiche de l’exposition.

> En savoir plus sur le propos de l’exposition.

L’exposition restera accessible aux lecteurs de la bibliothèque jusqu’au mercredi 20 mai 2015. Bonne visite !

Colloque international à la BIS "Une respublica marchande européenne (XVe-XVIIIe siècles) ? Mobilités, échanges, identités"

Le jeudi 9 avril 9h-17h45 et le vendredi 10 avril 9h-12h, la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne accueillera, en salle de formation,

le Colloque international "Une respublica marchande européenne (XVe-XVIIIe siècles) ? Mobilités, échanges, identités", organisé par Bertrand Haan et Jean-Philippe Priotti, avec le soutien de :

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Accueil assuré le jeudi 9 avril et le vendredi 10 avril, entre 9h et 9h30 dans le hall d'entrée de la BIS.

Pour une arrivée après 9h30, le jeudi et le vendredi, contactez le 01 40 46 29 11.

Syndiquer le contenu